La Première ministre britannique s’est rendue chez la reine Elizabeth II pour lui annoncer la dissolution du parlement

La Première ministre britannique Theresa May s’est rendue mercredi après-midi chez la reine Elizabeth II, au palais de Buckingham, pour l’informer de la dissolution du Parlement, qui sera renouvelé lors des législatives qu’elle a convoquées le 8 juin. La Première britannique a souhaité organiser le vote anticipé dans un souci de stabilité et d’unité en vue des deux années de négociations à venir sur le Brexit. Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, a d’ailleurs considéré en avril que « les réelles négociations politiques sur l’article 50 avec le Royaume-Uni débuter[aie]nt après les élections prévues pour le 8 juin ».

La session parlementaire s’est officiellement close mardi soir minuit mais les 650 députés sortants ont en fait été mis en congé dès la fin de la semaine dernière. La nouvelle assemblée, issue du scrutin du 8 juin, se réunira le 13 juin pour élire son président. La session parlementaire n’ouvrira que le 19 juin avec la cérémonie fastueuse du « Discours de la reine », au cours de laquelle Elizabeth II lira le programme du nouveau gouvernement issu des élections.

Mme May avait reçu il y a deux semaines le feu vert du parlement pour la tenue de ce scrutin. Plusieurs élus ont décidé de ne pas se présenter une nouvelle fois au suffrage. Parmi eux, on compte l’ancien ministre des Finances George Osborne, devenu rédacteur en chef de l’Evening Standard. Douglas Carswell, l’unique élu Ukip qui a quitté le parti il y a quelques semaines, en fait partie aussi. Gisela Stuart, élue du Labour et figure de proue de la campagne du Brexit, a déclaré qu’il était temps pour elle de passer le relais.

Les derniers sondages concernant les législatives anticipées donnent une majorité très confortable au Parti conservateur, avec environ 47 % des intentions de vote, devant le Labour, 28 %, dans le dernier sondage ICM pour le Guardian. Dans ce même sondage, le parti d’extrême droite UKIP, et les LibDem (libéraux-démocrates) sont chacun crédités de 8 % d’intentions de vote.

L’audience chez la reine mercredi a lieu à titre symbolique. Par le passé, les Premiers ministres devaient demander au monarque britannique l’autorisation de dissoudre le parlement. Mais une réforme de 2011 a mis fin à cette procédure qui était par ailleurs purement formelle.

Élections générales britanniques de 2017

Depuis 2011, le Premier ministre du Royaume-Uni ne dispose plus de la possibilité de convoquer des élections générales selon sa volonté. Le Fixed-term Parliaments Act 2011 prévoit des élections à date fixe tous les cinq ans, des élections anticipées ne pouvant être convoquées que si le gouvernement perd la confiance de la Chambre des communes ou si celle-ci approuve la convocation des élections à la majorité des deux tiers de ses membres.

Ainsi, le 18 avril 2017, la Première ministre Theresa May annonce qu’elle a décidé de proposer aux députés la convocation d’élections anticipées pour le 8 juin 2017. Une motion en ce sens est déposée puis adoptée par la Chambre des communes le 19 avril avec le soutien des principaux partis d’opposition, le Parti travailliste, le Parti national écossais (SNP) et les Libéraux-démocrates. La motion est adoptée par 522 voix pour et 13 contre.

Lors du scrutin de mai 2015, les conservateurs — alors au pouvoir depuis 2010 dans une coalition avec les libéraux-démocrates — réussissent à remporter une majorité à la Chambre des communes en dépit de sondages prévoyant un scrutin plus serré.

Fidèle à la promesse de campagne de son parti, le Premier ministre David Cameron négocie de nouvelles relations entre son pays et l’Union européenne et convoque un référendum sur le maintien du Royaume-Uni au sein de l’UE. Ce scrutin a lieu le 23 juin 2016 : 52 % des électeurs se prononcent pour le retrait de l’Union européenne. Partisan du maintien, David Cameron démissionne et est remplacé, le 13 juillet 2016, par Theresa May.

La décision de quitter l’Union européenne crée beaucoup d’incertitudes et il faut attendre le 29 mars 2017 pour que la Première ministre lance officiellement le processus de retrait. Parallèlement, la Première ministre indépendantiste écossaise, Nicola Sturgeon, réélue en 2016, annonce souhaiter la tenue d’un second référendum sur l’indépendance de l’Écosse après celui de 2014, considérant que la sortie de l’Union européenne crée un nouveau contexte pour la nation constitutive.

Parallèlement, des décisions entre unionistes et nationalistes en Irlande du Nord aboutissent à la convocation d’élections anticipées en mars 2017, sans qu’un gouvernement ne puisse être formé par la suite. Par ailleurs, des élections locales sont prévues en Angleterre, Écosse et au pays de Galles le 4 mai 2017. De plus, une élection partielle aurait dû avoir lieu à Manchester Gorton le même jour mais celle-ci a été annulée.

La reine Elizabeth II convoque une réunion d’urgence avec le personnel de la maison royale

Au lendemain de sa rencontre avec la Première ministre britannique Theresa May, la reine Elizabeth II convoqua une réunion de toute urgence avec l’ensemble du personnel de la maison royale. En effet, des médias étaient rassemblés tôt ce jeudi matin devant le palais de Buckingham, résidence de la reine Elizabeth II à Londres, après un article de presse faisant état d’une réunion d’urgence « très inhabituelle », a constaté un journaliste de l’AFP. Une dizaine de caméras de télévision étaient positionnées près du palais, dans l’attente d’information, tandis que les alentours étaient déserts hormis deux personnes attirées par la rumeur.

Le personnel de la monarque britannique à travers le pays a été convoqué au palais jeudi, «avec des rumeurs d’une annonce imminente concernant la reine ou le duc d’Édimbourg» son époux, écrit le tabloïd Daily Mail en ligne. Selon le journal, le Lord Chamberlain, plus haut responsable de la maison royale, et le secrétaire privé de la reine Christopher Geidt doivent s’adresser au personnel dans la matinée. « Même si des réunions avec l’ensemble du personnel sont convoquées occasionnellement, la manière dont cela a été fait, au dernier moment, est très inhabituelle et suggère que quelque chose de majeur va être annoncé », a ajouté le journal citant des sources non identifiées.

Interrogé par l’AFP, le palais de Buckingham a refusé de commenter ces informations. Selon le journaliste britannique Chris Ship en charge de la royauté, il ne s’agirait pas de l’annonce d’une mort et pas non plus celle d’une abdication. Il n’y a « pas de raison de s’alarmer » pour la santé de la reine Elizabeth II ou de son époux, le prince Philip, a déclaré jeudi une source proche du Palais à l’AFP alors qu’un article de presse faisait état d’une réunion d’urgence.

Cette réunion d’urgence demeure toutefois étrange et mystérieuse.

_________________

RÉFÉRENCES :