Le Plan Kalergi : Pour un génocide culturel orchestré des peuples occidentaux

L’immigration de masse est un phénomène dont les causes sont habilement cachées par le Système, et la propagande « multiethnique » s’efforce de nous persuader qu’elle est inévitable. Dans cet article, nous voulons vous démontrer une fois pour toute que cette immigration n’est pas un phénomène spontané. Ce que l’on voudrait nous faire croire comme étant une conséquence inéluctable de l’histoire est en réalité un plan étudié sur papier et préparé depuis des dizaines d’années pour détruire complètement le visage de l’occident.

Le drapeau de l’Union paneuropéenne fondée par le comte comte Richard Nicolaus Coudenhove-Kalergi.

La Paneurope

Peu de gens savent qu’un des principaux protagonistes du processus européen est aussi celui qui a planifié et programmé le génocide des peuples européens. Il s’agit d’un obscur personnage dont les masses ignorent l’existence, mais que les « puissants » considèrent comme étant le père fondateur de l’Union Européenne. Son nom est Richard Nicklaus de Coudenhove-Kalergi . En coulisse, loin des projecteurs, il a réussi a attirer dans ses filets les plus importants chefs d’Etat. Ils soutiendront et feront la promotion de son projet d’unification européenne. En 1922, il fonda à Vienne le mouvement « Paneuropéen », qui visait l’instauration d’un Nouvel Ordre Mondial basé sur une Fédération de Nations dirigée par les Etats-Unis. L’unification de l’Europe aurait été le premier pas vers un unique Gouvernement Mondial. Avec la montée du fascisme en Europe, le Plan a du être momentanément stoppé, et l’Union Paneuropéenne contrainte de se dissoudre. Mais, après la seconde guerre mondiale, Kalergi, grâce à une frénétique et infatigable activité, grâce aux appuis de Winston Churchill, de la loge maçonnique B’nai B’rith et d’importants quotidiens comme le New York Times, réussit à faire accepter son projet au gouvernement des États-Unis.

L’essence du Plan Kalergi

Dans son livre « Praktischer Idealismus », Kalergi déclare que les habitants des futurs « Etats Unis d’Europe » ne seront plus les peuples originaires du Vieux Continent, mais plutôt une sorte de sous-humanité bestiale issue de mélanges raciaux. Il affirmait, sans demi-mesure, qu’il était nécessaire de « croiser » les peuples européens avec les Asiatiques et les Noirs, pour créer un troupeau multi-ethnique sans qualités spécifiques et facile à dominer pour les élites au pouvoir.

Voilà comment Gerd Honsik décrit l’essence du Plan Kalergi : « L’homme du futur sera de sang mêlé. La future race eurasiato-negroïde, très semblable aux anciens Egyptiens, remplacera la multiplicité des peuples ».

Coudenhove-Kalergi proclama qu’il fallait abolir le droit à l’autodétermination des peuples et, successivement, éliminer les nations en utilisant les mouvements ethniques séparatistes ou l’immigration allogène de masse. Pour que les élites puissent dominer l’Europe, il prévoyait de transformer les peuples homogènes en un peuple métissé ; il attribuait aux métis des caractéristiques de cruauté et d’infidélité, entre autres. Ce peuple, selon lui, devait être créé et ce nouveau peuple métissé permettrait à l’élite de lui être supérieure.

En éliminant d’abord la démocratie, à savoir le pouvoir du peuple, et ensuite le peuple lui-même avec le métissage, les Blancs devaient être remplacés par une race métissée facile à dominer.

En abolissant le principe d’égalité de tous devant la loi et en préservant les minorités de toute critique, avec des lois extraordinaires les protégeant, on réussirait à contrôler les masses. Les politiques de l’époque ont écouté Kalergi, les puissances occidentales se sont basées sur son Plan, les journaux et les services secrets américains ont financé ses projets. Les leaders de la politique européenne savent bien que c’est lui l’instigateur de cette Europe dirigée par Bruxelles et Maastricht. Kalergi, inconnu de l’opinion publique, est considéré comme le père de Maastricht et du multiculturalisme. Ce qui est révolutionnaire dans son Plan, est qu’il ne préconise pas un génocide pour atteindre le pouvoir, mais qu’il prévoit de créer des « sous-humains » qui, en raison de caractéristiques négatives comme [l’incapacité] et l’instabilité, toléreront et accepteront cette « noble race ». En 2014, le député britannique européen Nick Griffin prend la parole pour dénoncer, dans un silence de mort, l’ethnocide des chrétiens d’Europe, selon le plan Coudenhove-Kalergi :

« Depuis, une affreuse alliance de gauchistes, de capitalistes, et de suprémacistes sionistes, a planifié de promouvoir l’immigration et le métissage avec le but délibéré de pousser à notre disparition dans nos propres pays. »

De Kalergi à nos jours

Bien qu’aucun livre d’école ne parle de Kalergi, ce sont ses idées qui ont inspiré l’Union Européenne d’aujourd’hui. Sa conviction que les peuples européens devaient être métissés avec les Noirs et les Asiatiques pour détruire leur identité et créer une unique race métissée, est à la base de toute la politique européenne face à l’intégration et à la défense des minorités. Tout cela n’est pas décidé pour des raisons humanitaires. Ces directives sont promulguées, avec une détermination impitoyable, pour réaliser le plus grand génocide de l’histoire.

Le prix européen Coudenhove-Kalergi a été institué en son honneur. Tous les deux ans, il récompense les européistes qui se sont particulièrement distingués dans la poursuite de son Plan criminel. Parmi eux, nous trouvons des personnes du calibre d’Angela Merkel (2010), d’Herman van Rompuy (2012) et de Jean-Claude Juncker (2014).

Le 16 novembre 2012 le prix Coudenhove-Kalergi a été décerné au président du Conseil européen Herman von Rompuy pendant un congrès spécial qui s’est déroulé à Vienne pour célébrer les 90 ans du mouvement paneuropéen. Derrière lui on pouvait voir le symbole de l’union paneuropéenne : une croix rouge qui domine un soleil doré, symbole qui était celui de l’ordre de la Rose-Croix.

L’ONU pousse au génocide par ses constantes exhortations à accueillir des millions d’immigrés pour compenser la baisse de natalité en Europe. Un rapport de la « Population Division » des Nations Unies à New-York (datant de janvier 2000), est intitulé : « Migration de remplacement: est-ce une solution pour les populations en déclin et vieillissantes ? ». Selon ce rapport, l’Europe aurait besoin d’ici 2025 de 159 millions d’immigrés. On se demande comment il est possible de faire des estimations aussi précises, à moins que l’immigration ait été prévue et étudiée « sur papier ».

En fait, il est sûr que la baisse de natalité chez nous pourrait facilement être inversée avec des mesures adaptées de soutien aux familles. Et il est tout aussi évident que ça n’est pas avec l’apport d’un patrimoine génétique différent que l’on protégera le patrimoine génétique européen, et qu’en agissant ainsi, on accélère sa disparition. Ainsi, l’unique but de ces mesures est de dénaturer complètement un peuple, de le transformer en un ensemble d’individus sans plus aucune cohésion ethnique, historique et culturelle.

Bref, les thèses du Plan Kalergi ont constitué et constituent jusqu’à aujourd’hui la base de la politique officielle des gouvernements qui poussent au génocide des peuples européens à travers l’immigration de masse.

Le psychiatre canadien George Brock Chisholm, ex-directeur de l’OMS, nous montre qu’il a parfaitement appris la leçon de Kalergi quand il affirme : « Ce que les gens doivent développer en tous lieux, est le contrôle des naissances ET les mariages mixtes (interraciaux), dans le but de créer une seule race dans un monde unique et dépendant d’une autorité centrale » (“Too Many Babies”, Victoria Times Weekend Magazine, vol. 5, no. 10 1955). Il disait aussi : « Pour mettre en place un gouvernement mondial, il est nécessaire de retirer des esprits leur individualisme, leur loyauté envers les traditions familiales, leur patriotisme national, et leurs dogmes religieux ».

À propos de Richard Coudenhove-Kalergi

Fils de Heinrich von Coudenhove-Kalergi, diplomate austro-hongrois polyglotte (il connaît seize langues) et de la japonaise Mitsuko Aoyama, le comte Richard Nicklaus de Coudenhove-Kalergi naît le 16 novembre 1894 à Tokyo. Il est l’un des premiers à avoir proposé un projet moderne d’Europe unie. Il peut être considéré, au sens large, comme l’un des pères de l’Europe dont il est un initiateur et un militant important. Il passe son enfance au château familial de Poběžovice en Bohême puis entre au Thérésanium de Vienne, collège le plus réputé et le plus cosmopolite de l’Empire. Passionné par la philosophie, il poursuit ses études à l’université de Vienne et en devient docteur en philosophie en 1917.

À la fin de la guerre et le démantèlement de l’Empire austro-hongrois, il devient citoyen tchécoslovaque (en 1919) et se détourne finalement de la philosophie pour commencer à publier des articles sur la nécessité d’un nouvel ordre européen. En 1921, il publie son premier ouvrage : Ethik und Hyperethik. Jusqu’en 1922, Richard Nicklaus de Coudenhove-Kalergi s’occupe de considérations d’éthique et de morale avant de traiter de sujets européens.

Le 21 juillet 1922, il lance son premier appel à l’unité de l’Europe dans la Neue Freie Presse de Vienne et la Vossische Zeitung de Berlin intitulé « La Question européenne ». Suit alors la naissance du Mouvement pour les États-Unis d’Europe ou Mouvement Paneuropéen. En 1923 est publié à Vienne son livre Paneuropa (traduction française en 1926). Sont créées les éditions paneuropéennes et du mouvement paneuropéen. Il développe l’idée de réunir le charbon allemand et l’acier français (il faudra attendre 1951 pour voir naître la Communauté européenne du charbon et de l’acier – CECA).

Il choisit comme symbole du mouvement la croix rouge des croisades, symbole le plus ancien d’une union européenne supranationale face à un ennemi commun, sur un soleil d’or, le soleil d’Apollon, qui figure l’esprit européen dont le rayonnement a éclairé le monde entier. Ainsi sont réunies les sources grecques et chrétiennes de l’Europe.

Dans la tourmente de la Seconde Guerre mondiale

En 1938, après l’Anschluss, Richard Nicklaus de Coudenhove-Kalergi doit fuir l’Autriche pour la Suisse. À Vienne, le secrétariat général de l’Union Paneuropéenne est perquisitionné. Ses archives sont saisies et étudiées par la Gestapo. À la fin de la Seconde guerre mondiale, elles seront emportées en URSS, à Moscou, où elles demeurent toujours. Richard Nicklaus de Coudenhove-Kalergi croira toutefois toute sa vie à la perte totale de ses archives personnelles antérieures à son exil. En transitant par la France (dont il obtient la nationalité en 1939), il part pour les États-Unis d’Amérique en s’embarquant de Lisbonne dans un avion pour New York. C’est de là qu’il organise l’Union Paneuropéenne en exil.

Nommé professeur à l’Université de New York, il dirige le séminaire : « L’Europe fédérale de l’après-guerre ». Constitution du Comité américain pour une Europe unie et libre. En 1943 a lieu le Ve Congrès Paneuropéen à New York. Winston Churchill communique par écrit son désir de voir se créer le Conseil de l’Europe. Richard Coudenhove-Kalergi a ses premiers contacts épistolaires avec le général de Gaulle qu’il rencontrera en 1946.

En 1945 est signée à San Francisco la Charte des Nations unies, charte fondatrice de l’ONU, dont l’article 52 autorise la potentielle fondation d’une organisation européenne unie.

Le 18 mai 1950, Richard Nicklaus de Coudenhove-Kalergi est lauréat du Prix Charlemagne qui est attribué pour la première fois, à Aix-la-Chapelle. Deux ans plus tard, il est élu président d’honneur du Mouvement Européen (avec Winston Churchill, Konrad Adenauer, Robert Schumann, de Alcide de Gasperi et Paul-Henri Spaak). Le 11 juillet 1970, il est invité par Pro Europa Una à allumer la Lampe de la Paix à Subiaco (en Italie), grotte où Saint Benoît a vécu (Saint Benoît a été proclamé saint protecteur de toute l’Europe par le pape Paul VI). Il meurt le 27 juillet 1972 à Schruns en Autriche. Il est enterré en Suisse, dans l’Oberland bernois.

Si son œuvre en faveur de la fédération de l’Europe est grande, c’est aussi Coudenhove-Kalergi qui le premier propose en 1929 d’adopter comme hymne européen l’Ode à la joie, finale du quatrième et dernier mouvement de la 9e Symphonie de Beethoven. Il est par ailleurs l’auteur en 1930 de la première proposition de célébrer une journée de l’Europe en mai. Il désirera aussi la création d’un drapeau européen et d’un timbre européen.

Idéalisme pratique

En 1925, dans son livre Idéalisme pratique (Praktischer Idealismus), il appuie son projet sur le métissage racial des peuples européens. Il écrit: « La race du futur, négroïdo-eurasienne, d’apparence semblable à celle de l’Égypte ancienne, remplacera la multiplicité des peuples par une multiplicité des personnalités ». Kalergi associe aux personnes métis les préjugés suivants : « les métis allient souvent l’absence de caractère, l’absence d’inhibitions, la faiblesse de la volonté, l’inconstance, l’impiété et l’infidélité avec l’objectivité, la polyvalence, la vivacité spirituelle, l’absence de préjugés et l’ouverture d’horizon ».

Au dessus du peuple, il prône la création d’une élite basée sur l’eugénisme : « Seule sera libre l’alliance des hommes les plus nobles avec les femmes les plus nobles, et inversement, les personnes de valeur moindre devront se satisfaire de personnes de valeur moindre (…) La nouvelle noblesse de reproduction du futur n’émergera donc pas des normes artificielles de la culture de castes humaine, mais plutôt des lois divines de l’eugénisme érotique. Le classement naturel de la perfection humaine remplacera le classement artificiel du féodalisme et du capitalisme ».

La noblesse eugénique qu’il souhaite s’appuie sur une caste selon lui déjà « purifiée de tous ses éléments faibles en volonté et pauvres en esprit ». Il affirme : « De l’européenne humanité de quantité, qui ne croit qu’au chiffre, qu’à la masse, se distinguent deux races de qualité : la noblesse de sang et le judaïsme. Séparées l’une de l’autre, chacune demeure fixement rivée à sa croyance en sa plus haute mission, en son meilleur sang, en une différence de rang humaine. Dans ces deux races avantagées hétérogènes réside le noyau de la noblesse européenne du futur ».

Selon lui, « Le socialisme, qui a commencé par l’abolition de la noblesse et par le nivellement de l’humanité, culminera dans la production de la noblesse, dans la différentiation de l’humanité » entre un peuple métissé et une élite sélectionnée par eugénisme.

Conclusion 

Si nous regardons autour de nous, le Plan Kalergi semble s’être pleinement réalisé. Nous sommes au-devant d’une vraie tiers-mondialisation de l’Europe et de l’occident.

L’axiome de la « Nouvelle citoyenneté », c’est le multiculturalisme et le métissage forcé. Les Européens sont les naufragés du métissage, submergés par des hordes d’immigrés africains et asiatiques. Les mariages mixtes produisent chaque année des milliers d’individus métis : les « enfants de Kalergi ».

Sous la double poussée de la désinformation et de l’abêtissement du peuple, grâce aux moyens de communication de masse, on a poussé les Européens à renier leurs propres origines, à oublier leurs propres identités ethniques. Les partisans de la globalisation s’efforcent de se convaincre que, renoncer à sa propre identité, est un acte progressiste et humanitaire, que le « racisme » est erroné, mais uniquement parce qu’ils aimeraient faire de nous des consommateurs aveugles.

La nièce de Richard Coudenhove-Kalergi, Barbara Coudenhove-Kalergi, dit avec enthousiasme « Avec l’effacement des frontières, tout citoyen européen possèdera bientôt plusieurs identités ». Dans son livre Meine Wurzeln sind anderswo (Mes racines sont ailleurs), elle s’intéresse au fait d’être tiraillé entre deux identités différentes. « En fin de compte, l’appartenance à un Etat, à un moment ou à un autre, ne jouera plus de rôle qu’au football ou dans la religion », explique-t-elle, l’air convaincu.

________________

RÉFÉRENCES :

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s