Les libéraux refusent de hisser le drapeau des Patriotes de 1837 au parlement

Drapeau des Patriotes canadiens. Variante avec Le Vieux de ’37 et une étoile jaune.

Les libéraux ont refusé jeudi qu’on hisse le drapeau des Patriotes à un des mâts du parlement lors de la Journée nationale des Patriotes, le 22 mai. Ceci est déplorable alors que le même gouvernement n’a pas hésité à honorer le drapeau de la République islamique du Pakistan qui a flotté sur la tour numéro 5 de l’hôtel du Parlement à l’occasion de la visite du consul général du Pakistan, M. Muhammad Aamer, pour sa prise de poste.

Comment un gouvernement peut-il accepter que la politique de pavoisement soit mise en oeuvre pour un pays qui ne fait pas respecter les droits de l’homme et de la femme sur son territoire, alors que ces mêmes protocoles ne sont pas respectés pour honorer nos ancêtres ?!

« Incroyable, pas possible ! Le Parti libéral, lui-même, est issu du Parti patriote de l’époque de la révolte (1834-1839 et ultérieurement.). C’est lui qui a mené cette rébellion. Parlez-en à Louis-Joseph Papineau, son chef. L’indépendance du Québec viendra, peut-être, d’un parti libéral qui aura enfin compris la nécessité et l’inéluctabilité de l’autodétermination de la Nation québécoise pour le meilleur d’elle-même. C’est là son inexorable destin. L’ histoire saura rejoindre ce besoin national vital. » — Alain Raby

En effet, l’opposition officielle a proposé une motion après la période de questions, avec l’appui de la Coalition avenir Québec (CAQ), mais le gouvernement a refusé d’en débattre. Le libellé proposait que l’étendard de la Rébellion de 1837-1838 flotte sur l’édifice du parlement et dans les municipalités dans le cadre de la Journée nationale des Patriotes, soit le lundi 22 mai, un jour férié au Québec. Le député péquiste de René-Lévesque, Martin Ouellet, a présenté la motion, mais le leader parlementaire adjoint du gouvernement, Marc Tanguay, a refusé son consentement pour un débat.

L’élu péquiste s’explique mal pourquoi les libéraux ont refusé et en a déduit que le « parti au pouvoir ne veut pas qu’on souligne ce moment de l’histoire », alors que pourtant le drapeau des Acadiens a déjà flotté à un des mâts de l’Assemblée. « Je présume qu’il y a quelque chose qui dérange, mais malheureusement, je ne ne suis pas capable de dire quoi », a-t-il dit dans une entrevue téléphonique avec La Presse canadienne, en ajoutant qu’il était pourtant prêt à recevoir des amendements du Parti libéral.

L’intention n’était pas non plus de le faire flotter au mât de la tour centrale, réservé au fleurdelisé, mais sur un des deux mâts latéraux, aux angles de la façade du bâtiment. Selon M. Ouellet, il était « original et essentiel » d’arborer ce drapeau pour commémorer ce mouvement. « Les Patriotes, leur combat, leur sacrifice ont eu un impact énorme sur la suite de la politique au Québec, alors de ne pas vouloir le souligner, j’ai du mal à me l’expliquer », a-t-il dit. Les termes « patriote » et « Parti patriote » figurent d’ailleurs bel et bien dans l’Encyclopédie du parlementarisme québécois, qu’on retrouve sur le site internet de l’Assemblée nationale.

L’attachée de presse du leader du gouvernement, Karla Duval, a répondu en soirée par courriel à notre demande d’entrevue.

« Notre formation politique a toujours apporté sa voix pour souligner, comme il se doit, la Journée nationale des Patriotes. Notre engagement à commémorer annuellement la Journée des Patriotes va au-delà du symbole que représente le drapeau des Patriotes. Il appartient à chacun de souligner comme il l’entend cette journée nationale. »

À propos du drapeau des Patriotes

Drapeau des patriotes de Saint-Eustache

Le drapeau des patriotes ou tricolore bas-canadien fut utilisé par le mouvement des Patriotes de 1837 au Bas-Canada (aujourd’hui le Québec) entre 1832 et 1838. Certains affirment que le drapeau tricolore style a été inspiré par le drapeau de la France, symbole de la révolution française qui a inspiré les Patriotes. Il est devenu le drapeau national de la République du Bas-Canada avec la Déclaration d’indépendance du Bas-Canada en 1838. Actuellement, il est toujours utilisé par la Société Saint-Jean-Baptiste.

Il est souvent vu dans les foules lors de manifestations ou festivités nationalistes, comme la Journée nationale des patriotes. D’autres versions contemporaines comprennent une étoile jaune sur la partie supérieure gauche et/ou avec l’illustration d’un Bas-Canadien rebelle, « Le Vieux de ’37 » dessiné par Henri Julien, dans le milieu.

Il faudra attendre 1832 pour que le Parti de Louis-Joseph Papineau crée un nouveau symbole, le drapeau des Patriotes, un tricolore vert, blanc et rouge, en bandes horizontales. On lui ajoute parfois d’autres emblèmes comme le castor, la branche de feuille d’érable et le maskinongé. Ce drapeau aux valeurs démocratiques et républicaines devient rapidement populaire.

La Société Saint-Jean-Baptiste a repris l’étendard des Patriotes après l’écrasement de la rébellion. Encore aujourd’hui, il figure sur le site de l’organisme, qui célèbre chaque année la Journée des Patriotes.

Le Président d’honneur de la Société Saint-Jean-Baptiste, Bernard Landry condamne

À la suite du refus du Parti libéral de consentir à un projet de résolution de l’Assemblée nationale invitant les municipalités à souligner la Journée nationale des Patriotes, monsieur Bernard Landry, ancien Premier ministre et président d’honneur de la Société Saint-Jean-Baptiste (SSJB), sera disposé à répondre aux questions des journalistes à ce sujet.

Rappelons que c’est sous le gouvernement de monsieur Landry qu’a été décrétée la Journée nationale des Patriotes, célébrée depuis 2003 partout au Québec, en lieu et place de la Fête de la Reine (Victoria Day), une fête royaliste canadienne.

Fondée en 1834 dans la foulée du mouvement patriote, la Société Saint-Jean-Baptiste est le plus ancien organisme citoyen voué à l’avancement de notre démocratie et des intérêts du peuple québécois.

Pour renseignements et demandes d’entrevue :
(Bernard Landry, président d’honneur et/ou Maxime Laporte, Président général)

Claude Boisvert, responsable des communications
438-931-2615, cboisvert@ssjb.com

________________

RÉFÉRENCES :

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s