Les Nations Unies élisent l’Arabie Saoudite à la Commission des droits des femmes

« C’est comme nommer un pyromane chef des pompiers ». L’Arabie Saoudite a été élue comme État membre de la Commission de la condition de la femme des Nations Unies.

L’Arabie Saoudite va occuper un siège à la Commission de la condition de la femme des Nations Unies (CSW). C’est l’organisation UN Watch qui l’a révélé samedi 22 avril : le royaume rigoriste a été élu pour la période 2018-2022 parmi les 45 États siégeant à la CSW, présenté par l’ONU comme « le principal organe intergouvernemental mondial dédié exclusivement à la promotion de l’égalité des sexes et de l’autonomisation des femmes ».

Au sein de cette Commission l’Arabie Saoudite, où les femmes n’ont pas le droit de conduite une voiture ou de voyager à l’étranger sans gardien mâle, pourra ainsi contribuer « à l’établissement des normes mondiales relatives à l’égalité des sexes et à l’autonomisation des femmes ». D’après le site américain The Hill, l’élection de l’Arabie Saoudite à la Commission des droits des femmes aurait eu lieu dans le plus grand secret lors d’un conseil économique et social de l’ONU.

Le Secrétaire général et S.E. M. Adel Ahmed Al-Jubeir, Ministre des affaires étrangères, Royaume d’Arabie Saoudite.

Pour le Canadien Hillel Neuer, directeur exécutif d’UN Watch, « élire l’Arabie Saoudite pour contribuer à la protection des droits des femmes, c’est comme nommer un pyromane chef des pompiers ». UN Watch s’était déjà élevé, à l’automne 2015, contre la reconduction d’un Saoudien à un poste-clé au sein du Conseil des Droits de l’Homme de l’ONU.

« Les discriminations saoudiennes contre les femmes dans les lois et dans la réalité sont répugnantes », s’est indigné le directeur de l’ONG, précisant que les femmes dans ce pays, en plus de se voir interdire de conduire une voiture, doivent être sous la tutelle d’un homme « contrôlant la vie d’une femme depuis sa naissance jusqu’à sa mort ».

La CSW dépend de l’ECOSOC, Conseil économique et social des Nations Unies. C’est par un vote des 54 États membres de ce Conseil que l’Arabie saoudite s’est vue attribuer ce siège lui permettant de donner de la voix sur les droits des femmes.

Selon UN Watch, au moins 5 États de l’Union européenne ont permis l’élection du royaume rigoriste. Douze autres pays ont également été désignés pour les quatre prochaines années ; l’Algérie, l’Irak, le Congo, le Ghana, le Kenya, les Comores, le Turkménistan, l’Equateur, le Nicaragua, Haïti, le Japon et la Corée du sud.

Les mécanismes de l’ONU ne permettent pas vraiment de laisser le royaume saoudien à la porte de ce genre d’institution. Comme d’autres organes onusiens, la CSW doit comporter un nombre donné d’États représentant chaque région du globe. D’autres pays peu respectueux des droits des femmes, comme l’Iran ou le Qatar, en ont déjà été membres.

______________

SOURCES :

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s