Le drapeau de la République islamique du Pakistan a flotté à l’Assemblée nationale alors qu’elle est dénudée de son fleurdelisé

Le Mouvement national des Québécoises et Québécois (MNQ) déplore que la tour centrale de l’Assemblée nationale soit dénudée du drapeau québécois depuis le 5 février dernier, comme nous l’apprend l’article du Soleil paru le 12 avril dernier. Il nous apparaît inacceptable que le fleurdelisé ne flotte pas en cet endroit hautement symbolique, soit au cœur de l’État québécois, pour une si longue période de temps. En foi de quoi, le MNQ exhorte les autorités en place à rectifier la situation dans les plus brefs délais.

De son côté, l’Assemblée rapporte que le mécanisme permettant de hisser le fleurdelisé serait brisé et qu’en raison des travaux de construction du pavillon d’accueil, il serait impossible de pouvoir réparer ledit mât avant l’été 2017. En attendant, on a placé le drapeau sur une autre tour de l’Assemblée.

En plus de contrevenir à la Loi sur le drapeau et les emblèmes du Québec – qui stipule clairement que « le drapeau doit être déployé sur la tour centrale de l’Hôtel du Parlement. » – ce retrait témoigne encore une fois du manque flagrant de respect envers la représentation du peuple québécois à travers ce symbole. À cet égard, l’excuse du mécanisme brisé ne tient pas plus la route que les supposés coûts exorbitants de l’entretien des drapeaux à la SAQ ou encore des drapeaux en lambeaux devant les organismes publics (mairies, hôpitaux, CLSC, etc.). « Au MNQ, la fierté on prend ça au sérieux. Et nous ne sommes pas seuls. Le tollé suscité par la décision de retirer les drapeaux des succursales de la SAQ en mars dernier l’a bien démontré. Les Québécois sont profondément attachés à ce symbole unique. Nous sommes prêts à proposer nos services afin de remédier à la fâcheuse situation. » déclare Martine Desjardins, présidente du Mouvement. (MNQ. Communiqué, 12 avril 2017)

Fondé en 1947, le MNQ est le réseau des 19 Sociétés nationales et Sociétés Saint-Jean-Baptiste réparties sur tout le territoire du Québec. Il a pour mission de défendre et promouvoir l’identité québécoise, la langue, l’histoire, la culture et le patrimoine.

On doit savoir choisir ses amis

Il est très déplorable que la tour centrale de l’Assemblée nationale soit dénudée de son fleurdelisé — symbole national des Québécois et des Québécoises — comme la Loi sur le drapeau et les emblèmes du Québec le stipule pourtant, alors que le drapeau de la République islamique du Pakistan a flotté à même égalité sur la tour numéro 5 de l’hôtel du Parlement à l’occasion de la visite du consul général du Pakistan, M. Muhammad Aamer, pour sa prise de poste. Il y a un dicton populaire qui dit :

« Ce qui est bon pour papa, est bon pour maman ».

Comment un gouvernement peut-il accepter que la politique de pavoisement soit mise en oeuvre pour un pays qui ne fait pas respecter les droits de l’homme et de la femme sur son territoire, alors que ces mêmes protocoles sont bafoués pour l’étendard de sa propre nation ?!

Certains argumenteront que la République islamique du Pakistan est membre de l’Organisation des Nations unies (ONU), cela n’empêche qu’elle entretient des relations ambigües avec le terrorisme, qu’elle promulgue la loi sur le blasphème qui prévoit la peine de mort pour les personnes qui auraient dénigré Mahomet (Charia) et qu’elle tolère pernicieusement la maltraitance et le meurtre des femmes à travers le crime d’honneur.

Aucun honneur, ni aucun protocole ne devrait être déployés pour de tels États.

« Le mécanisme qui permet de hisser le drapeau sur la tour #2 s’est brisé le 5 février dernier », explique Andrée-Anne Marsan-Paquin, conseillère en communication de l’Assemblée nationale. « Pour cette raison, il n’est plus possible de hisser le drapeau du Québec sur cette tour. » Si vous passez dans le coin, vous remarquerez qu’un vaste chantier occupe toujours le terrain avant du parlement.

« En raison du chantier de construction du pavillon d’accueil de l’Assemblée nationale, il n’est pas possible d’accéder à la tour #2 pour effectuer les réparations nécessaires pour le moment. Il est prévu d’effectuer les réparations au cours de l’été 2017. Le drapeau du Québec pourra ensuite être remis en place ». La règle voulant que le fleurdelisé y soit hissé sur la tour centrale en tout temps ne pouvant être respectée, l’Assemblée nationale a décidé de se tourner vers une des petites tours du bâtiment. Le drapeau est donc accroché au sommet de la tour 3, celle du coin sud de la devanture, le temps qu’on puisse retaper l’autre. (Le Soleil, 12 avril 2017)

Le fleurdelisé, symbole de fierté du peuple québécois, a donc côtoyé sur un même pied d’égalité le drapeau de la République islamique du Pakistan, qui fut hissé pour sa part sur la tour no 5 de l’Assemblée nationale, alors que le drapeau des États-Unis était hissé sur la tour no 1 pour la visite d’une délégation de sénateurs de l’État de la Californie.

Il n’y a absolument aucun protocole qui ne soit respecté dans ce cas de figure.

_________________

RÉFÉRENCES :

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s