Colloque du MRQ — Compte-rendu de la Fédération des Québécois de souche

[Article publié par la Fédération des Québécois de souche] — Le colloque devait se tenir au cégep de Maisonneuve, mais un article de presse du Devoir lança l’inquisition de la rectitude contre lui et fit annuler par le directeur la location de la salle.

L’événement, organisé par le Mouvement républicain du Québec de M. Guy Boulianne, a donc dû se transporter à la campagne à une heure de Montréal.

C’est dans l’immense espace d’un manège équestre et sous la protection du groupe La meute que quelques centaines de personnes ont écouté avec intérêt les conférenciers.

Guy Boulianne donna le sentiment de l’urgence de la situation dans ses préambules, secoué qu’il était par les menaces de mort de la part des antifas au cours des derniers jours. L’heure est grave depuis certes un bon moment, mais l’intention du mouvement politique initié par notre hôte est d’avoir une plate-forme politique commune pour tous ceux qui veulent contrer la rectitude politique en folie qui dévore notre société à un rythme toujours accru.

Bon nombre des fléaux affligeant le Québec et hypothéquant son avenir ont été abordés par près d’une dizaine d’allocutions.

André Pitre a une excellente chaîne sur YouTube consacrée à dénoncer les excès des hypermodernistes, sous le patronyme de Stupitt. Il suffit d’exposer simplement ce que les lobbies LGBT disent réellement et le tour est joué.

Se voulant aussi comme un plaidoyer pour la liberté d’expression, ce premier conférencier a soulevé d’intéressants paradoxes. Plus la liberté d’expression est compromise, plus les droits homosexuels (et autres minorités génitales anti-génitrices) se voient aussi compromis. Aussi les intentions de censure habituelles de leur milieu sont-elles dangereuses pour eux-mêmes. La propension de ces groupes en vogue dans les médias à mettre la pédale douce lorsqu’il s’agit de parler de la progression de l’islam est dans la même veine. La féministe de l’avenir semble devoir porter le voile, voire le niqab un jour.

Alexandre Cormier-Denis, du mouvement Horizon Québec Actuel, accorda une excellente entrevue dans le Harfang et aura été le candidat malheureux dans son affrontement avec la vedette des « progressistes », à savoir Gabriel Nadeau-Dubois, dans la circonscription de Gouin. Historien ayant vécu à l’étranger, il étonna par la qualité de son allocution et dressa un portrait général des mouvements intellectuels qui ont mené à la débâcle actuelle, opposant Francis Fukuyama et Samuel Huntington. Le choc des civilisations du second, semble l’emporter sur le premier et son dernier homme, la fin de l’Histoire, formule au fronton de son édifice théorique, si l’on considère les violences communautaires à la hausse des derniers temps. Mais l’agenda présent des élites mondialistes s’alignent sur les vues de l’auteur japonais, elles qui impliquent l’hyper-individualisme des temps présents. Le conférencier souhaite la défense civilisationnelle de l’Occident et insiste aussi sur la menace avérée de l’islam.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Stéphane Blais sera le second intervenant, après Jean-Louis Pérez-Martel un peu plus tôt, à aborder les questions économiques. Insistant sur les valeurs personnelles à cultiver chez le leader, il récapitula les trahisons économiques et politiques de la dynastie Trudeau. Les accords de Bâle de 1974 donnaient le pays aux banques mondialistes en interdisant au gouvernement d’utiliser la Banque du Canada pour l’impression de sa monnaie. Ainsi, la masse monétaire, créée à partir de rien, est imprimée comme une dette à rembourser avec intérêt à des banques privées. Œuvre de Trudeau père. Le chiffre effarant donné par M. Blais s’élève à 1.5 trilliard de dollars, comme étant la somme avec intérêts, perdue par le peuple. C’est la haute finance qui « call les shots » et nous connaissons leur agenda : le multiculturalisme et autres dérives. Justin Trudeau est plus que ravi de les servir à son tour.

Jean-Jacques Nantel, géopoliticien de son état, souligna comment le Québec est un pays naturel par sa géographie au contraire du Canada. Il s’agit d’un territoire de passage (pour les autres bien sûr, mais sur lequel notre peuple est profondément enraciné) mais présentant une unité géographique forte par ses axes convergents.

Ce caractère de passage permit au Canada anglais d’instituer un système de transfert de ressources vers l’ouest, particulièrement la péninsule ontarienne, sous le 45ème parallèle, comme si elle ne faisait même plus partie du pays. Cette position stratégique est hautement avantageuse puisqu’elle pourrait permettre de tirer des revenus par des droits de passage. Ce qui fait dire que la souveraineté est hautement rentable économiquement. Jean-Jacques Nantel a aussi une chaîne YouTube.

Me Claude Laferrière et Richard Le Hir abordèrent des questions plus juridiques et constitutionnelles explorant des avenues légales inédites.

Le second participa à la politique québécoise dans les années référendaires à partir de 94 comme ministre sous Jacques Parizeau, dont il souligne la maladresse stratégique lors de la campagne précédant la consultation de 95. Il mit cependant l’emphase sur l’adresse dont aura fait preuve Pauline Marois par le passage de la motion 99 sur le droit à la souveraineté du peuple québécois en 2013.

Gilles Noël, chef du Parti unité nationale, aura été pratiquement le seul conférencier sur lequel nous aurons eu des réserves. Il ramena ces embarrassantes questions sur le « qui est québécois ». Après avoir fait une distinction entre Québécois et Canadien-français, par une incongruité manifeste, il dira d’Haïtiens qu’ils sont Canadiens-français aussi (!) par le simple fait qu’ils jouent avec ses enfants et adhèrent à la société québécoise. Le terme canadien-français se distinguant du terme de « québécois » en ne se limitant pas à la définition du nationalisme civique, cette affirmation est particulièrement farfelue.

M. Noël plaça également le pouvoir de l’islam à un niveau un peu comique lorsqu’il prétendit que des Palestiniens avaient noyauté l’association étudiante dans une institution d’enseignement à laquelle il était associé. Cela rappelle le film Network de Sidney Lumet des années 70, où les pétromonarchies étaient présentées comme au contrôle des réseaux de télévision américains. Bien que dans cette circonstance particulière, il se peut que les Palestiniens aient réussi un tel noyautage, ils ne sont pas à l’origine de la rectitude politique que nous devons attribuer plutôt aux Boas, Trotski, Lukács, Gramsci et bien d’autres.

Après Vic Survivaliste, Guy Boulianne est un autre courageux patriote qui cherche à inverser les tendances funestes de notre monde par la diffusion d’opinions que le pouvoir cherche à contenir. Ce colloque fut un succès où l’urgence de la situation transparaissait. De nombreux faits ont été rappelés et l’amour de la patrie s’y est exprimé avec passion et émotion. Il a fait chaud au cœur de découvrir des auteurs d’ici non seulement excellents, mais aussi très habiles communicateurs.

André Pitre, encore pertinent sur ce commentaire pendant la période de questions, souligna comment en politique, la dissension était naturelle. Des gens opposés se parlent et se chamaillent, puis en arrivent à un terrain d’entente. Quelle ironie, souligne-t-il, que maintenant dans l’apothéose de la démocratie, tous les médias se mettent d’accord sur le multiculturalisme et l’agenda mondialiste.

Espérons que le Mouvement républicain du Québec sera fructueux – nous en avons besoin.

Pour la reconquête de notre peuple,
Fédération des Québécois de souche

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s